Back Vous êtes ici : Accueil Life and style Les origines de la Saint Sylvestre et du Réveillon

Life and Style

Les origines de la Saint Sylvestre et du Réveillon

réveillonLe Réveillon de la Saint-Sylvestre est la fête qui célèbre chaque année la fin de l'ancienne année et l'arrivée de la nouvelle. Chaque pays a ses traditions pour fêter le réveillon de la Saint-Sylvestre, mais généralement cette fête se célèbre entre amis. Elle peut également se passer avec de parfaits inconnus. Le repas du Jour de l'An, lui, se déroule plutôt en famille.
Par tradition, le réveillon de la Saint-Sylvestre est un réveillon bruyant ; en effet, une ancienne croyance commune aux pays d'Europe veut que le bruit fasse fuir les démons et les mauvais esprits. Il est coutumier d'organiser l'attente de la nouvelle année dans l'abondance et dans la joie. Plus les mets sont variés et riches, plus le réveillon sera de bon augure pour l'année à venir.

Le Réveillon, une fête antique

Les origines de la Saint Sylvestre sont multiples et remontent à la nuit des temps, à Babylone, soit environ 2000 ans avant Jésus-Christ. Depuis toujours, les peuples et les cultures du monde entier fêtaient le solstice d'hiver. Dans la Rome antique, c'étaient les Saturnales, une fête typique du « crépuscule de l'année », au cours de laquelle étaient offerts de somptueux banquets. A l'occasion du changement d'année, on s'échangeait des pièces et des médailles. Cette tradition perdure avec les étrennes qui sont remises aux enfants le jour de la nouvelle année. Une dizaine de jours après les Saturnales, les Romains organisaient des échanges de voeux lors de repas qui s'accompagnaient d'offrandes de rameaux verts et de confiseries. Cette période de fêtes était clôturée par les jeux du cirque.
Jusqu'à Jules César, la fête célébrant la fin d'année n'était pas une date fixe. Jules César a fixé la fin d'année au 31 décembre. En France, il fut attendre Charles IX pour que le premier jour de l'année, le Nouvel An, soit fixé au 1 janvier.

La tradition du gui

Une tradition veut qu'on s'embrasse sous une branche de gui le 31 décembre, à minuit. Cela viendrait d'une coutume celte : chez les Celtes, le gui était considéré comme une plante sacrée, miraculeuse, vénérée par les druides. Eternellement vert, le gui était un symbole de prospérité et d'immortalité. En guise de protection, les Celtes suspendaient le gui à leur cou ou à l’entrée de leur maison. Quand ils accueillaient des invités, ils les embrassaient en dessous du gui pour leur porter bonheur.

La tradition de la carte de voeux

Certains font remonter l'origine de la carte de voeux aux Chinois, mais leur apparition en Europe date du Moyen-Âge. En fin ou en début d'année, les religieuses envoyaient un menu présent à leur famille en l'accompagnant d'une lettre de voeux peinte à la main. Cette tradition a disparu au XVIeme siècle pour revenir en force au XVIIIeme siècle. La première carte de voeux est anglaise et a été dessinée par John Calcott Horsley en 1843. Cette carte lithographiée et coloriée à la main a été envoyée en 1000 exemplaires. Dès 1860, l'envoi de carte de voeux s'est généralisée dans le monde. Dans les pays anglo-saxons, on l'envoie en décembre, alors qu'en France, les voeux sont envoyés durant le mois de janvier (jusqu'au 31 janvier, date limite).

Crédit photo : sortiraparis.com

Vous avez aimé cet article ? Cliquez sur "J'aime" pour devenir fan de la page Facebook de "La Chambre d'Ambre", être informé/e des actualités du site, découvrir des photos et des liens inédits.

Vous aimerez peut-être :