Back Vous êtes ici : Accueil Life and style L'histoire du sapin de Noël en France, une tradition apportée par l'épouse de Louis XV

Life and Style

L'histoire du sapin de Noël en France, une tradition apportée par l'épouse de Louis XV

Le sapin est considéré comme l'un des symboles les plus importants de Noël. Pourtant, son arrivée en France est plutôt "récente". Il n'a été introduit qu'il y a quelques siècles...

Une origine alsacienne

Les premières traces du sapin de Noël en Europe remontent au XVIe siècle. Dans les pays germaniques et en Alsace, les maisons étaient décorées de branches de sapin trois jours avant la veillée du 24 décembre. Dans la région de Bâle, on l’appelle "arbre de Christ". A l'époque, le sapin de Noël était décoré avec de simples pommes.
C’est en 1546 dans la ville de Sélestat, en Alsace, que l’on trouve le premier texte officiel mentionnant le sapin de Noël. La ville autorisa cette année-là les habitants à couper des arbres verts pour Noël au cours de la nuit de la Saint-Thomas le 21 décembre. On agrémenta le sapin de roses, qui symbolisait la Vierge, ainsi que de pommes, de confiseries et de petits gâteaux ressemblant à des hosties. L’étoile accrochée au sommet du sapin est venue plus tard, pour symboliser l’étoile qui guida les Rois Mages. Dans le reste du pays, les Catholiques n'utilisaient pas encore de sapin mais uniquement une crèche de Noël pour représenter la Nativité.

Une mode protestante

L’usage du sapin de Noël se développa sous la Réforme, chez les Protestants, qui ne voulaient pas comme les Catholiques représenter la Nativité par une crèche. La mode se répandit progressivement dans l’Europe protestante, en Allemagne et dans les pays nordiques. En France, l’arbre de Noël fut introduit à Versailles, en 1738, par Marie Leszcynska, l'épouse de Louis XV qui était d’origine polonaise. Un siècle plus tard, la princesse Hélène de Mecklembourg l’apporta à Paris en 1837, après son mariage avec le duc d’Orléans. En Grande-Bretagne, l’époux de la Reine Victoria, le Prince Albert, d’origine allemande, fit dresser un sapin de Noël au château de Windsor en 1841.

La démocratisation du sapin

Partie de la cour de France, la tradition du sapin de Noël se propagea dans toute l’Europe aux XVIIIe et XIXe siècles dans la bourgeoisie et le peuple. C’est véritablement après la guerre de 1870 et l’arrivée de nombreux immigrés d’Alsace-Lorraine s’installant dans le reste du pays que la coutume s’ancra dans les mœurs. La décoration du sapin de Noël devint un commerce. Les familles riches s’offraient les services d’artisans verriers ou d’ébénistes pour fabriquer les boules de Noël, les personnages de bois peint ou de cire et les santons, les santons de la crèche provençale constituée de "santibelli" étant unique au monde.

À l’époque de la Reine Victoria, un beau sapin de Noël devait avoir six hauteurs de branches et être posé sur une table recouverte d’une nappe de damas blanc. On le parait de guirlandes, de bonbons et de fleurs en papier. Puis les sapins se sont  illuminés. Tout d’abord, avec des coquilles de noix remplies d’huile de lampe à pétrole, puis à l’aide de chandelles. Avec l’invention des guirlandes d’ampoules électriques, l’Amérique donna un nouvel aspect à l’arbre de Noël traditionnel. Dès 1912, les premiers arbres illuminés apparaissent sur les places publiques à Boston.

Aujourd'hui, l'arbre de Noël prend toutes les formes possibles et imaginables mais la plus belle décoration reste celle qui est réalisée avec amour par des enfants...

 

Vous avez aimé cet article ? Cliquez sur "J'aime" pour devenir fan de la page Facebook de "La Chambre d'Ambre", être informé/e des actualités du site, découvrir des photos et des liens inédits.

Vous aimerez peut-être :