Back Vous êtes ici : Accueil Life and style

Life and Style

Salon : les perspectives d’avenir pour le secteur

Le salon pro connaît une période difficile au regard des récents événements en France. Quelles sont les perspectives d’avenir pour ce secteur événementiel ?

Salon en France : un secteur affluent

Après les tragiques attentats qui ont frappé la France et la mise en place de l’état d’urgence depuis 2015, le secteur de l’événementiel s’est vu menacé par le contexte particulier. Malgré cela, la filière a su résister et suivre les consignes de continuité énoncées, grâce à un effort groupé de la part des entreprises et des participants.

L’organisme Unimev – l’union française des métiers de l’évènement - a réalisé en 2016 une étude qui présente un bilan chiffré du secteur événementiel pour l’année 2015. Le rapport révèle une légère baisse de fréquentation, mais ne tire pas la sonnette d’alarme pour autant. Il constate, à l’inverse, la création de nouveaux événements sur plusieurs secteurs : salon professionnel ou grand public, foire, congrès, etc.

Le bilan n’est donc pas catastrophique et même plutôt encourageant au regard du contexte particulier dans lequel se trouve le pays. Quelle affluence pour l’événementiel en France ?

Salon événementiel : un secteur qui résiste à la crise

Alors que tous les voyants du pays sont au rouge - une crise économique généralisée importante couplée à une politique d’austérité, une menace terroriste de plus en plus présente et la mise en vigueur de l’état d’urgence, prolongé à plusieurs reprises (jusqu’en Juillet 2017 aux dernières nouvelles) – le secteur événementiel, premier concerné par la mise en place de cette mesure de sécurité semble tenir bon.

La preuve, certains sites web proposent même des offres d’emplois pour travailler sur différents types de salon, notamment HotesseJob. De même, la France compte pas moins de 1135 foires et salons par an, selon l’étude proposée par Unimev. On y retrouve 210 000 exposants où 21 000 millions de visiteurs se rendent, dont 710 000 étrangers. Des chiffres importants qui montrent bel et bien que le secteur résiste.

 

Lire la suite...

Décoration Green : la tendance déco verte et écolo

La protection de la planète est désormais une préoccupation au cœur de notre quotidien. Le souci de respecter et de préserver l'environnement a ainsi fait émerger une nouvelle tendance décorative : la Green Déco. Il s'agit d'apporter un esprit écologique dans notre intérieur, de rééquilibrer notre vie urbaine grâce à la végétalisation de notre cadre de vie, et ce, sans avoir la main verte. Quels sont les principes de la décoration green et comment l'appliquer chez soi ?

1. Une décoration verte

La caractéristique majeure de cette déco est la dominance de la couleur verte. Associée à des tons neutres, clairs et naturels (beige, écru, blanc...), le vert envahit nos intérieurs de manière douce. On utilisera cette couleur avec parcimonie, pour éviter un côté agressif et une fatigue visuelle des yeux, le vert n'étant pas une teinte apaisante, sauf si on le choisit pastel, amande, menthe, vert d'eau. Quelques plantes vertes, du gazon synthétique au sol ou sur les meubles, un mur végétal peuvent suffire à créer une ambiance plus "nature". Une déco green se marie parfaitement avec un style scandinave ou hygge...

2. Des matériaux naturels

La déco écolo fait la part belle aux matières saines et naturelles comme le bois, mais aussi aux produits bio, de fabrication française, non polluants et non toxiques. Les peintures seront également choisies bio. Les produits seront recyclés et recyclables (ex : lampes recyclables, cadres recyclés...). On privilégiera les encres écologiques (stickers, tableaux, lés de papiers peint, murs d'images, etc.).

Lire la suite...

La marquise de Pompadour et la mode du rose pour les filles

Savez-vous d'où vient la mode du rose pour les petites filles ? L'explication est historique. Il semblerait que cette tendance ait été popularisée par Madame de Pompadour, à la cour de Louis XV, à Versailles, à partir de 1758, et jusqu'en 1766. En hommage à sa bien-aimée, le roi Louis XV, s’empressa de nommer cette couleur le rose Pompadour. Lorsque le roi croisa l'une des premières fois Mme le Normant d’Etiolles - future marquise de Pompadour - en mars 1745 dans la forêt de Sénart, elle était « habillée d’une robe d’azur dans un phaéton rose, soit vêtue de rose dans un phaéton bleu ».

Sous l'impulsion de Mme de Pompadour, Philippe Xhrouet, peintre sur porcelaine liégeois actif à la Manufacture royale de Sèvres, créa en 1757 une nouvelle couleur, le rose lilas, qui devint grâce à Louis XV le rose Pompadour. « En 1758, Louis XV, Mme de Pompadour et le prince de Condé achetèrent aux ventes de Noël qui venaient d'être instituées par le roi dans son appartement intérieur, à Versailles, un pot-pourri “à vaisseau” et deux vases “à tête d'éléphant” à fond rose. " On n'avait jusque-là fabriqué aucun objet en porcelaine de cette couleur-là.

La teinte fut d'abord nommée “rose” dans les registres, puis appelé “lilas” dès 1760, parce qu'elle se rapprochait du mauve. On retrouve dans les registres de la Manufacture la description suivante : « un fond couleur de rose très frais et fort agréable ».

Lire la suite...

Déco maison : la tendance cartes du monde dans votre intérieur

Jusqu'alors cantonnées aux salles de classe, les cartes du monde envahissent notre intérieur. Que ce soit dans le salon, la cuisine, le bureau ou la salle à manger, les mappemondes sont la dernière tendance déco du moment. Idéales pour les globe-trotters et passionnés de voyage mais pas que, elles nous permettent de nous évader à moindres frais d'un simple coup d’œil. Vous voulez une déco branchée ? Voici 5 façons d'incorporer le voyage dans la décoration de votre intérieur.

1. Les cartes anciennes

Source : One Decor

Afficher une carte ancienne dans son salon est à la mode. Les anciennes cartes scolaires ont la cote et vous font réviser votre géographie. Pas besoin de l’encadrer, suspendre une carte par un support en bois lui donne encore plus de charme.

Lire la suite...

L'Histoire du poker, des cartes au poker en ligne

Le Poker est aujourd'hui le jeu de cartes le plus populaire au monde, et sa riche histoire ne date pas d'hier. Sa forme la plus moderne émerge au début du 19ème siècle, mais ses origines remontent beaucoup plus loin...

Nous vous proposons de découvrir son histoire.

 

L'histoire du Poker : une combinaison d'éléments chinois, égyptiens et français

Cela fait plus de dix siècles que les hommes du monde entier apprécient de jouer à des jeux de société, avec des dés, des pions, des dominos, ou encore des cartes aux dessins et aux interprétations variés. Quand on observe les règles de nombreux jeux dans le monde, on s'aperçoit vite que les jeux s'inspirent parfois les uns des autres, malgré des centaines de kilomètres entre eux. Les historiens s'accordent sur le fait qu'un jeu chinois de dominos a notamment contribué au développement du poker. Cet ancêtre aurait été inventé autour de l'an 969. C'est l'empereur Mu-Tsung et sa femme qui, pour célébrer le Nouvel An, se sont adonnés à ce jeu de hasard festif, porteur des bases du poker et du mahjong. Au 12ème et 13ème siècles, on retrouve des traces de différents jeux de cartes égyptiens, mais aussi chez les perses au 16ème siècle avec l'invention du Ganjifa. Le jeu de cartes était composé de 96 cartes richement décorées, avec une tranche très mince en bois ou en ivoire. Comme le poker, ce jeu persan était extrêmement populaire. À la même époque, un jeu espagnol appelé Primero était lui aussi très apprécié. Trois cartes étaient distribuées à chacun des joueurs qui devaient bluffer ou faire grimper les paris, le tout en conservant les petites cartes. Comme au poker, le bluff y jouait donc un rôle essentiel. Et pour ce qui est des jeux incluant des paris d'argent, il faut avouer que les paris ont toujours été à la mode, dans toutes les cultures et de tout temps. Inspirés par les Espagnols, les Allemands de leur côté se sont mis à jouer au Pochen, et les Français ont inventé le Poque. Ce serait donc ce mélange de règles de jeux de cartes qui aurait donné naissance au poker.

Lire la suite...

Offrir des fleurs : histoire d'une tradition ancestrale

Dans tous les pays du monde, il est de coutume d'offrir des fleurs lors de certaines occasions, mais à quand remonte cette tradition et d'où vient-elle ?

Offrir des fleurs, une coutume millénaire

La pratique du don de fleurs remonte à la Préhistoire, à une époque où on attribuait aux fleurs et aux plantes des vertus médicinales. Donner des fleurs à quelqu'un était donc un moyen de l'aider à avoir une bonne santé. Les archéologues ont retrouvé des restes de pétales de fleurs dans plusieurs sites préhistoriques. Sous l'Antiquité, les hiéroglyphes égyptiens, les écrits chinois, la mythologie grecque et romaine nous renseignent sur l'importance des fleurs dans la vie en société. C'est au Moyen Age que se développe véritablement cette pratique. En effet, l’Église catholique défendait les couples de se montrer de l'affection en public. Les amoureux avaient donc pour habitude de se donner des fleurs pour exprimer leurs sentiments sans crainte du regard d'autrui.

Le langage des fleurs

C'est Lady Mary Wortley Montague, l'épouse de l'ambassadeur anglais de Constantinople, qui introduisit le langage des fleurs en Europe, en 1718. Le langage des fleurs était une coutume persane. Il était utilisé en Turquie pour l'envoi de messages, pas seulement entre amants mais pour tout type de relation. La façon dont étaient arrangées les fleurs, le type de fleurs choisies, leur nombre et leur couleur avaient une signification cachée. La pratique devint si perfectionnée que même des messages militaires furent envoyés sous forme de bouquets de fleurs. L'ennemi ne vit que des fleurs là où il y avait de véritables messages...

Lire la suite...

Comment acheter une oeuvre d'art abordable et de qualité sans se faire arnaquer ?

Il n'y a rien de plus chic que d'avoir de l'art chez soi. Exposer une œuvre d'art dans son salon, même d'un artiste méconnu, est le comble du luxe. Je parle bien sûr d'une véritable œuvre d'art, authentique, unique et non la reproduction d'une toile célèbre. Aujourd'hui, acheter de l'art n'est plus réservé à une élite. L'art contemporain s'est largement démocratisé. On peut désormais acquérir des œuvres d'art à des prix accessibles, à partir de 50 €, ce qui n'est pas plus cher qu'une reproduction de peinture encadrée. Il n'y a donc pas de raisons de s'en priver. Cependant, avant de vous lancer, voici quelques règles qu'il convient de respecter afin de ne pas acheter n'importe quoi. Nous vous livrons toutes les astuces et les pièges à éviter pour bien acheter une œuvre d'art.

Où trouver de l'art bon marché ?

1.Viser un artiste débutant ou émergent

Les élèves tout juste sortis d'école de Beaux-arts sont des artistes à suivre. Ils proposent généralement leurs travaux de début de carrière lors d'expositions collectives, d'événements ou de happenings consacrés à l'art accessible et abordable : vous pouvez y faire un achat de tableaux à moins de 500 €. Si tous ne deviendront pas des stars ou des grands maîtres, c’est parmi ces jeunes talents que se trouvent les valeurs de demain.

2. Regarder du côté des clubs et associations

Dans la plupart des villes, il existe des associations et des clubs d'artistes amateurs. Ils proposent leurs travaux lors d’expositions annuelles. Le niveau de ces dilettantes est très variable mais qui sait, il se cache peut-être derrière ces amateurs de vrais talents... Fonctionnez au coup de cœur mais soyez vigilant en jugeant leur travail : un bon coup de crayon ou une jolie peinture figurative ne suffit pas à faire un artiste.

Lire la suite...

Automobile : les 15 voitures de référence en 2017

L'année 2016 a été riche en nouveautés automobiles, et 2017 s'annonce d'ores et déjà tout aussi excitante. Alors que l'année vient de commencer et que les premiers salons autos se tiennent un peu partout dans le monde, nous vous dévoilons dès à présent le palmarès des 15 voitures de référence en 2017. Ce classement a été réalisé par le site LaRevueAutomobile.com, il est le résultat des classements des rédacteurs ainsi que des préférences des lecteurs.

Lire la suite...

L'histoire du sapin de Noël en France, une tradition apportée par l'épouse de Louis XV

Le sapin est considéré comme l'un des symboles les plus importants de Noël. Pourtant, son arrivée en France est plutôt "récente". Il n'a été introduit qu'il y a quelques siècles...

Une origine alsacienne

Les premières traces du sapin de Noël en Europe remontent au XVIe siècle. Dans les pays germaniques et en Alsace, les maisons étaient décorées de branches de sapin trois jours avant la veillée du 24 décembre. Dans la région de Bâle, on l’appelle "arbre de Christ". A l'époque, le sapin de Noël était décoré avec de simples pommes.
C’est en 1546 dans la ville de Sélestat, en Alsace, que l’on trouve le premier texte officiel mentionnant le sapin de Noël. La ville autorisa cette année-là les habitants à couper des arbres verts pour Noël au cours de la nuit de la Saint-Thomas le 21 décembre. On agrémenta le sapin de roses, qui symbolisait la Vierge, ainsi que de pommes, de confiseries et de petits gâteaux ressemblant à des hosties. L’étoile accrochée au sommet du sapin est venue plus tard, pour symboliser l’étoile qui guida les Rois Mages. Dans le reste du pays, les Catholiques n'utilisaient pas encore de sapin mais uniquement une crèche de Noël pour représenter la Nativité.

Une mode protestante

L’usage du sapin de Noël se développa sous la Réforme, chez les Protestants, qui ne voulaient pas comme les Catholiques représenter la Nativité par une crèche. La mode se répandit progressivement dans l’Europe protestante, en Allemagne et dans les pays nordiques. En France, l’arbre de Noël fut introduit à Versailles, en 1738, par Marie Leszcynska, l'épouse de Louis XV qui était d’origine polonaise. Un siècle plus tard, la princesse Hélène de Mecklembourg l’apporta à Paris en 1837, après son mariage avec le duc d’Orléans. En Grande-Bretagne, l’époux de la Reine Victoria, le Prince Albert, d’origine allemande, fit dresser un sapin de Noël au château de Windsor en 1841.

Lire la suite...