Back Vous êtes ici : Accueil Life and style Pourquoi je suis une maman minimaliste

Life and Style

Pourquoi je suis une maman minimaliste

Crise, fins de mois difficiles et envie d’autres valeurs que le consumérisme ambiant : c'est dans ce contexte qu'est né le phénomène de Minimalist Moms, des mamans qui font le choix volontaire de la simplicité. On connaît surtout le minimalisme dans sa version architecturale, consistant à désencombrer son intérieur, mais ce courant ne s'arrête pas à l'aménagement de l'espace, c'est avant tout un mode de vie, une façon de consommer et des aspirations autres que celles prônées par la société de consommation. Le minimalisme permet de faire des économies mais pas que, il permet entre autres de simplifier sa vie, d'avoir une vie plus riche en ayant moins.

« Minimalist Moms » : Dépenser moins pour vivre mieux

On le sait, le budget pour accueillir un bébé est stratosphérique et peut atteindre plusieurs milliers d'euros. Les jeunes parents, qui ont tendance à culpabiliser, sont hélas une cible facile pour le marketing agressif de l'industrie de la puériculture, et n'hésitent pas à mettre des sommes importantes dans des achats parfois inutiles, pour le bien de leurs enfants. La Minimalist Mom, elle, va dépenser au minimum, considérant que les enfants ont avant tout besoin d'amour, de disponibilité et de temps. J'ai moi aussi succombé aux sirènes du marketing et couvert ma progéniture de biens et de cadeaux, et je peux le dire a posteriori, si c'était à refaire, je ne le referais pas. Depuis, j'ai pris du recul et réfléchi à cette consommation effrénée : je me suis rendu compte qu'elle ne correspondait ni à mes valeurs ni à ce que je souhaite inculquer à mes enfants. Consommer ne nous rend pas plus heureux, malgré ce qu'on veut nous faire croire. Si c'était à refaire, je dépenserais le moins possible et j'utiliserai les trucs des mamans minimalistes : bons de réduction, emprunts, troc, achats d'occasion, dépôts-vente, etc. A ce sujet, saviez-vous que jusqu'à l'âge de 3 ans, un tout-petit n'a absolument pas besoin de jouets du commerce ? Il peut jouer avec les objets du quotidien, de la maison (adaptés à lui et à sa sécurité, bien sûr), avec plus de bonheur, et cela libèrera sa créativité et son imagination et l'éveillera bien plus que ces soi-disant jouets d'éveil qui n'ont d'éveil que le nom...

Les Minimalist Moms, ou mères minimalistes, aspirent à autre chose pour leurs enfants. Cette expression a été inventée par une mère de famille anglaise, Hattie Garlick, qui, en 2012, perd son emploi juste avant Noël. Pour rester maîtresse de sa vie, elle décide de ne plus rien dépenser pour son enfant durant toute l’année 2013, sauf les frais de nourriture et de soins médicaux. Son exemple convainc d’autres femmes et les livres, sites et blogs sur le minimalisme se multiplient. Chaque mère a sa façon personnelle de limiter les dépenses : ne plus aller au fast-food, acheter moins de jouets, boycotter les vêtements de marques, ne pas avoir de voiture, etc. De mon côté, j'ai décidé avec mon conjoint qu'ils n'auraient de cadeaux qu'à Noël et à leur anniversaire, et ils se portent bien.

Crédit photo : Floor Number Four

Se recentrer sur l'essentiel, sur ce qui compte vraiment

Pour ma part, voici les choix que j'ai faits en tant que Minimalist Mom :
- peu d'habits et des habits à bas prix : je préfère habituer mes enfants à avoir des vêtements pas chers pour leur inculquer le goût de la simplicité. De plus, quand ils sont en bas âge, ils grandissent vite et en utilisent beaucoup, sans parler du fait qu'ils se tachent et s'abîment vite.
- profiter au maximum des soldes et des promotions toute l'année : en anticipant les achats. Ceci me permet de toujours acheter à prix réduit.
- limiter les jouets achetés : nous sommes abonnés à la ludothèque, et pouvons ainsi emprunter un nombre considérable de jouets, sans s'en lasser. Certains ne sont même jamais utilisés (imaginez le gâchis s'ils avaient été achetés). Les psychologues et les spécialistes des neurosciences préconisent les jeux et jouets fabriqués par soi-même, DIY, qui stimulent l'imaginaire et développent tout un tas de compétences cognitives.
- ne plus acheter de livres (sauf exceptions) : pour les mêmes raisons. Les bibliothèques sont nos meilleures amies.
- trier et donner : nous faisons le tri régulièrement et donnons afin de ne pas nous retrouver envahis. Cela désencombre notre intérieur mais aussi notre esprit. Nous avons ainsi plus de temps car avec moins de gadgets et de bibelots, le ménage est plus rapide à faire (par exemple).

Les bienfaits de la simplicité volontaire

Les minimalistes trouvent des solutions ingénieuses et originales pour bien vivre avec moins. Et les bénéfices du minimalisme sont multiples, pour les adultes et les enfants. La sobriété – à ne pas confondre avec la privation – libère la créativité. C’est en n’étant pas surchargé de biens matériels et en n’ayant pas pléthore de solutions toutes faites qu’on va se poser la question quoi faire, comment le faire. Sur le plan pratique, le minimalisme, c’est moins de choses à ranger, moins de stress, plus de temps libre à partager. Ne pas avoir tout, tout de suite, aide les enfants à comprendre la valeur de l’argent. C'est apprendre à ne manquer de rien, en ayant peu : que l'on se comprenne bien, je ne recommande pas un régime pain sec et eau, ni une éducation basée sur la privation. Ce que les publicitaires et les marketeurs veulent nous faire à tout prix oublier, c'est que ce dont un enfant a besoin pour être heureux, c'est de l’attention, des parents disponibles pour lui. Le temps, c'est de l'amour. Pour être épanoui, un enfant n'a pas besoin de posséder plus de jouets, de vêtements chers ou de gadgets. Jouez pendant une heure avec lui - quel que soit le jeu - et vous le rendrez bien plus heureux qu'en allant lui acheter un superbe jouet hors de prix. Le meilleur "jouet" des enfants, c'est le parent. Les parents minimalistes passent plus de temps avec leurs enfants et c'est un temps de meilleur qualité que le temps passé à consommer. 

Lorsque j'étais petite, je n'avais pas tous les jouets que je désirais, et je m'en portais bien, je connaissais la valeur des choses. Je ne regrette pas d'avoir eu une telle enfance et n'envie pas celle des enfants "gâtés" actuels dont certains passent à côté de choses essentielles, de choses qui font sens. Mon rêve et ma recherche de tous les instants, c'est de combler mes enfants d'amour, de liberté et d'attention. Grâce aux économies réalisées avec un mode de vie minimaliste, je peux utiliser cet argent pour faire des beaux voyages et des supers sorties, en vertu de l'adage : "Collect moments, not things". Et cela fait plus sens pour moi que la consommation.

Sur un plan plus global, le minimalisme entre en résonance avec les valeurs actuelles d'écologie, de développement durable et d'économie circulaire. C'est donc une tendance d'avenir !

 

Crédits photos : Lauren, etc., Floor Number Four

Vous avez aimé cet article ? Cliquez sur "J'aime" pour devenir fan de la page Facebook de "La Chambre d'Ambre", être informé/e des actualités du site, découvrir des photos et des liens inédits.

Vous aimerez peut-être :