La Chambre d'Ambre

Back Vous êtes ici : Accueil Life and style Faire-part et Save the date

Life and Style

Faire-part et Save the date

alice save the date

Cela faisait un petit moment que je ne vous avais parlé de mon cher XVIIIe siècle, à qui nous devons tant. Eh bien, figurez-vous que c'est au XVIIIe siècle que remontent les premiers faire-part.
La première personne à annoncer la naissance de son enfant par un faire-part fut Gauthier de la Peyronnie, en 1781. Ce n'était pas une pratique courante à l'époque. Seule la naissance d'un enfant royal faisait l'objet d'une annonce dans tout le royaume.

L’imprimerie étant très chère, les faire-part étaient uniquement pratiqués dans les familles aisées, et ce, jusqu'à la fin du XIXe siècle.
Sur les faire-part de naissance était mentionné le sexe de l'enfant, mais pas son prénom, qui était choisi par le parrain et la marraine, et était dévoilé le jour du baptême. Plus tard, les temps changèrent, ce furent les parents qui choisissaient le prénom, qui fut ainsi incorporé au faire-part.

Et côté mariage ? Les faire-part étaient réservés aux invités autres que les parents. Parmi les invités obligatoires à une noce (hormis la famille et les proches), il y avait : le parrain et la marraine des mariés, la personne à l’origine de la présentation des futurs époux, le tailleur et la couturière des tenues. Un parent pauvre n’était invité que si on pouvait lui offrir un costume digne de l’événement.
Aujourd'hui, le faire-part s'est largement démocratisé, et est devenu incontournable pour les mariages (un peu moins pour les naissances et les baptêmes). Aux Etats-Unis, le faire-part ne suffit plus : on envoie maintenant des "Save the date" plusieurs mois avant le mariage, pour prévenir les invités de l'événement et leur demander de réserver la date dans leur calendrier.
Une bien belle initiative, je trouve, surtout dans une société aussi overbookée que la nôtre (mais qui n'empêche hélas pas les invités de faire faux bond aux mariés le jour J). D'autant plus qu'à l'inverse des faire-part, les "Save the date" n'obéissent pas à des règles et traditions sur ce qu'il faut écrire, comment l'écrire, quel papier utiliser, etc. Tout est permis, ce qui permet aux mariés de déployer des trésors d'inventivité pour les créer. On en trouve sous toutes les formes : emails, cartes, vidéos, films, photos, magnets...

save the date

En France, on a toujours un train de retard par rapport à nos voisins outre-Atlantique (surtout dans le domaine du mariage), et la plupart des gens ignorent ce qu'est un "Save the date". Mais je vous garantis que cela va se développer dans les années à venir (pour faire comme les Ricains justement). On prend le pari ?

Pour conclure, une petite histoire : Voulant faire preuve d'originalité et de créativité, une future mariée française avait concocté un superbe "save the date" maison, fait avec amour pour ses invités. Il se présentait sous la forme d'une carte et stipulait bien en grand : SAVE THE DATE.
Quand ceux-ci l'ont reçu, la réaction a été unamine : "Oh, qu'il est joli ton faire-part !"
Damn it !

 

lace-save-the-dates

 

save the date alice


ps : toute ressemblance des première et dernière photos avec un événement que j'organise ne serait que purement fortuite.

Sources : fetes.org, dancourt.net
Crédits photos : Anista designs sur Etsy, The renegade bride, Weddingbee