La Chambre d'Ambre

Back Vous êtes ici : Accueil Rois & reines Elizabeth II est avare... mais pour la bonne cause

Rois & reines

Elizabeth II est avare... mais pour la bonne cause

MaundyMoneyWakefieldQE2Sous l'Ancien Régime, les têtes couronnées étaient généralement considérées - à tort ou à raison - comme follement dépensières. Marie-Antoinette se voyait ainsi affublée du sobriquet haineux de "Madame Déficit" (bien qu'elle ne fût pas une souveraine plus dépensière qu'une autre, loin s'en faut...). Qu'en est-il des monarques actuels ?

La fortune de la reine Elizabeth II est estimée à 500 millions d'euros. Un citoyen ordinaire pourrait la considérer comme riche, mais à l'exception de deux domaines en Ecosse et dans le comté de Norfolk, tous les palais et propriétés royales appartiennent à l'Etat. De même que ses bijoux.

La reine vit en partie aux dépens du contribuable (la monarchie britannique encaisse annuellement 49 millions d’euros du Trésor). Sans cet argent public, la famille royale ne pourrait assurer les coûts générés par sa sécurité, l'entretien des palais et ses voyages à l'étranger. Les deniers publics ne suffisent même pas pour rénover le palais de Buckingham, qui commence à tomber en ruine.

Selon Judy Wade, spécialiste de la famille royale au tabloïd Hello, Elizabeth II en a parfaitement conscience. C'est pourquoi elle serait très économe. Certains parlent même d'avarice. Alors, radine la reine ? Un exemple : elle ne jette pas les vêtements. Ceux portés par les enfants seront portés par les petits-enfants. Une anecdote : quand le prince Charles a perdu la laisse du chien lors d'une promenade, plutôt que d'en racheter une autre, elle l'a obligé à la chercher dans les jardins du palais.
Ne pas vouloir gaspiller l'argent est tout à son honneur. Il faut dire que la crise est passée par là. La reine a investi en bourse et perdu beaucoup. De même, la baisse des prix de l'immobilier n'a pas été sans incidence sur la valeur de son patrimoine. En conséquence, les revenus de la famille royale ont probablement diminué alors que le coût de son entretien est resté le même voire a augmenté.

Personnellement, je ne connaissais pas ce trait de caractère de la reine Elizabeth et je le trouve attachant. A ceux qui ne l'auraient pas déjà vu, je recommande vivement le film The Queen de Stephen Frears (2006), qui traite des rapports entre la souveraine et le Premier ministre Tony Blair dans les jours qui suivirent la mort de la princesse Diana. Il dresse un portrait inattendu et plutôt jubilatoire d'Elizabeth II.
Bien qu'elles soient très médiatisées, on connaît finalement assez mal les têtes couronnées de ce monde.  Je pense qu'elles gagneraient à être plus connues, on découvrirait sans doute qu'au fond, ce sont des gens comme nous, avec leurs défauts et leurs qualités, leurs forces et leurs faiblesses.
Dépoussiérer le monde des rois est un projet qui m'a toujours intéressée, et c'est ce que j'essaie, modestement, d'accomplir dans ces pages.

Source : presseeurop.eu
Image : La reine Elizabeth II lors d'une visite à Wakefield Cathedral pour la Maundy money Ceremony (23 mars 2011)