La Chambre d'Ambre

Back Vous êtes ici : Accueil Rois & reines Louis XVI et la pomme de terre

Rois & reines

Louis XVI et la pomme de terre

 

Pomme de terre
En tant que roi, Louis XVI est méprisé par beaucoup, et pourtant, il adopta nombre de mesures pour contribuer au bonheur du peuple : création du mont-de-piété pour décourager l’usure et venir en aide aux petites gens, abolition du servage, de la question préparatoire et préalable (torture), construction à ses frais d'infirmeries « claires et aérées » dans les prisons, j'en passe et des meilleures...
Il fut d'ailleurs le premier gouvernant à employer l’expression de « justice sociale ». Mais ce n'est pas le sujet, j'aurai l'occasion d'y revenir. :)
Je voulais parler aujourd'hui de la pomme de terre, qui doit sa popularité à... Louis XVI.

La pomme de terre, originaire du Chili, arriva en Europe au XVIe siècle. A l’époque, elle était tout juste jugée bonne pour les cochons. Les Allemands, estimant que c'était la nourriture appropriée pour les porcs,  la donnaient aux prisonniers français.
C'est ainsi qu'Antoine Augustin Parmentier (1737-1813), apothicaire sous-aide aux armées, la goûta lors sa captivité en Westphalie pendant la guerre de Sept ans (1756-1763). Il était nourri avec de la bouillie de pomme de terre. En 1771, il devint apothicaire en chef de l’hôtel des Invalides.  L'Académie de Besançon lança un concours sur le thème : « Quels sont les végétaux qui pourraient-être substitués en cas de disette à ceux que l’on emploie communément et quelle en devrait être la préparation ? » Il entreprit alors la rédaction d'un mémoire sur les vertus de la pomme de terre.  
Mais il rencontra des difficultés à faire entrer la pomme de terre dans les cuisines. En effet, les Français - y compris les gens bien informés - pensaient que ceux qui en mangeaient attrapaient la lèpre. En 1748, le Parlement avait même interdit de la cultiver. Grâce à ses travaux, Parmentier prouva que la consommation du tubercule ne présentait aucun danger, mais rien n'y fit. C'est là que Louis XVI entra en scène...

 

Parmentier (peinture)
Un jour, lors d’une visite aux Invalides, cet homme curieux des nouvelles découvertes remarqua les fleurs blanches de la plante. On lui expliqua qu’il s’agissait d’une lubie de Parmentier qui croyait que la racine de cette plante sauverait le royaume de la disette.
Auparavant, la pomme de terre avait déjà été présentée à la table d'un roi, Louis XIII, cuisinier à ses heures. Mais en vain. Louis XVI, lui, prit Parmentier au sérieux, et le soutint dans sa démarche.
En 1785, le roi lui offrit deux arpents de terre, dans la plaine des Sablons, près de Neuilly, pour semer sa parmentière (c'était à l'époque le nom de la pomme de terre).  Le 24 août 1786, Parmentier apporta à Louis XVI un bouquet de fleurs de pomme de terre. Le roi en accrocha une à son jabot. Marie-Antoinette agrémenta ses chapeaux de ces fleurs blanches, et les courtisanes l'imitèrent.
Puis, Louis XVI fit garder les champs de Parmentier de jour par des soldats.
Cet intérêt du roi pour la pomme de terre eût tôt fait de piquer la curiosité du peuple. Le légume à bestiaux ne devait pas être si mauvais que cela puisque le roi le faisait surveiller par des gardes... Ainsi, pendant la nuit, des voleurs venaient faire leurs  provisions, considérant que le peuple avait droit lui aussi à la parmentière ! Sa consommation se répandit dès lors.
En juin 1787, Louis XVI, désormais converti, autorisa le classement du tubercule dans les plantes utiles du jardin d’essai de Rambouillet.
Voilà comment, malgré leurs réticences, la pomme de terre fut adoptée par les Français...
 
 
Pour aller plus loin
 
On connaît surtout Parmentier pour ses travaux sur la pomme de terre, mais il faut savoir qu'il travailla dans bien d’autres domaines : il tenta d’améliorer la qualité du pain distribué dans les hôpitaux et les prisons en imaginant une nouvelle méthode de panification. Il fut l'un des fondateurs d’une école de boulangerie. C’est aussi Parmentier qui eut l’idée d’extraire le sucre d’autres végétaux que la canne à sucre. Grâce à ses découvertes techniques, la première raffinerie de sucre de betterave vit le jour en 1801. Il travailla également sur la conservation des aliments.

 

La best-sellerienne et talentueuse auteur jeunesse Annie Pietri a écrit un livre sur l'introduction de la pomme de terre par Louis XVI : "Les aventures de Léon Tripié" (tome 1 : 1785). Je le recommande chaudement.