La Chambre d'Ambre

Back Vous êtes ici : Accueil Rois & reines Carla Bruni-Sarkozy n'est pas Marie-Antoinette

Rois & reines

Carla Bruni-Sarkozy n'est pas Marie-Antoinette

Couverture de Point de vue sur Carla/Marie-Antoinette
Selon le magazine Point de Vue (n° du 28/10/09) l'interprète de "Quelqu'un m'a dit" serait la "nouvelle Marie-Antoinette"...
Voici les points communs trouvés par l'auteur de l'article entre la reine et l'épouse de Nicolas Sarkozy :
- "même attitude, même look, même sourire", avec photo et tableau à l'appui : c'est moi ou la ressemblance physique supposée n'est pas frappante ? Elles sont toutes les deux jolies, et ont de la classe, mais la comparaison s'arrête là. Quant au look, j'ai beau chercher, je ne vois pas. Les courtisanes férues de mode étaient légion au XVIIIe siècle. Ce n'était pas l'apanage de Marie-Antoinette. En revanche, l'épouse de Louis XVI était novatrice, elle faisait et défaisait les modes, est-ce le cas de Madame Bruni-Sarkozy ?
- Marie-Antoinette se faisait tirer le portrait par Elisabeth Vigée-Lebrun, Carla, elle, se fait photographier par Annie Lebovitz : tous les rois et les reines avaient des peintres officiels. Encore une fois, ce n'était pas l'apanage de Marie-Antoinette, et ce n'était pas un signe de mégalomanie. Avec cet argument, on aurait pu comparer Carla Bruni à n'importe quelle reine.
- Marie-Antoinette chantait et jouait de la harpe à Trianon. Point de Vue nous apprend que Carla passe ses week-ends à Versailles et qu'elle y chante. Bien des dames de la cour chantaient, pratiquaient la musique et jouaient la comédie...
- Marie-Antoinette était une femme frivole, qui ne pensait qu'à s'amuser et batifoler pendant que le peuple souffrait : elle n'a été "frivole" que durant sa jeunesse, ce qui est somme toute bien normal à cet âge. Quelle jeune fille de 18 ou 20 ans n'aime pas s'amuser et courir les fêtes ? Rappelons qu'elle n'avait que 14 ans à son arrivée en France, et 18 ans quand elle accéda au trône.
Quand elle devint mère, Marie-Antoinette se fit plus sérieuse, plus posée, et ses enfants devinrent sa première préoccupation. On omet souvent de dire que c'était une mère dévouée et exemplaire...
- selon Point de Vue, Carla Bruni-Sarkozy serait "une Première dame auto-centrée, obsédée par l'image qu'elle renvoie et par les tenues griffées". Ne connaissant pas l'ex top-model, je me garderai bien de juger cette assertion, mais Marie-Antoinette n'était ni auto-centrée, ni obsédée par son image. Coquette, oui, comme de nombreuses femmes (que celles qui me lisent et ne se soucient pas de leur look lui jettent la première pierre.)
 
 Elle était de nature généreuse (sa générosité envers ses amis lui avait même valu de violentes critiques), et animée par le goût de la bienfaisance. Elle avait inculqué à tous ses enfants l'importance de ne pas se sentir imbu de son rang ou supérieur aux autres, ainsi que la nécessité d'aider les plus démunis. Mais bien sûr, cela ne fait pas partie des idées reçues et des erreurs qu'on se plaît à colporter sur son compte, et cela nécessite d'avoir des sources plus sérieuses et plus honnêtes que le film de Sofia Coppola, truffé d'erreurs. (je recommande plutôt la biographie de Simone Bertière)
- Point de Vue présente la First lady de 41 ans comme une multi-millionnaire qui fait peu pour les autres et est complètement déconnectée de la réalité : encore une fois, j'ignore si cela est vrai, mais pour le fait d'être déconnecté de la réalité, il me semble que c'est plus ou moins le cas de tous les politiques et gens d'un certain milieu. Comment voulez-vous que des gens qui vont à des dîners à 1 million d'euros aient la moindre conscience des réalités du français moyen ?  
J'en profite pour répéter que non, Marie-Antoinette n'a jamais prononcé la phrase de la brioche ("Ils n'ont pas de pain ? Qu'ils mangent de la brioche !"). C'est un mensonge qui est entré dans la légende, et qui hélas continue de perdurer et de passer pour vérité.
 
Extrait de Point de Vue D'après une interview accordée au Daily Mail en 2008, Carla Bruni avait traité les français de "minables". Elle déclarait également ne pas se sentir française mais italienne, fière de posséder un passeport italien et non français, et détestant Paris (lui préférant Londres). Du reste, Carla affirmait que Nicolas Sarkozy était la seule "chose" qui lui fasse aimer la France.
Voilà une différence de taille avec Marie-Antoinette, qui, n'en déplaisent à ceux qui la traitaient par xénophobie d'autrichienne, se sentait française par tous ses sentiments d'épouse et de mère. Rappelons d'ailleurs que son père, l'empereur François Ier, était le fils de Léopold Ier, duc de Lorraine et de Bar, et d’Élisabeth Charlotte d'Orléans, fille de Monsieur, frère du roi Louis XIV et de Madame, née Elisabeth-Charlotte de Palatinat.

Bref, je vais m'arrêter là, mais s'il suffit d'avoir en commun la beauté, la jeunesse, la grâce, le goût pour les arts, la mode, d'être étrangère et riche... on aurait pu comparer Carla Bruni à beaucoup d'autres princesses, tout en étant plus pertinent.
A mon avis, Point de Vue a cherché à faire le buzz avec cet article provoc', et ça n'a pas raté puisqu'il a fait les gros titres de la presse britannique. Sans doute ont-ils voulu surfer sur la vague Sarkozy actuelle... Impératif commercial et économique donc, plutôt qu'honnêteté intellectuelle et vrai travail de journaliste (ont-ils seulement lu les biographies de la reine ?)
 
Extrait de Telegraph

Je n'ai rien contre Carla Bruni car je ne la connais pas assez pour la juger (juger sans connaître est si facile), mais ces attaques gratuites et simplistes me la rendraient sympathique.
Remarquez qu'au fond, tout cela n'a rien d'étonnant. Depuis l'Ancien Régime, les femmes proches du pouvoir, quand elles étaient jolies, élégantes, jeunes, rayonnantes, riches, se sont toujours attirées la haine des gens. Pensez à Madame de Pompadour, Madame du Barry, les favorites de Louis XV... elles étaient détestées au possible. Au contraire, les reines au physique moyen, effacées et insignifiantes (les épouses de Louis XIV et de Louis XV, par exemple) étaient épargnées par la haine populaire.

Ce qui me déçoit, c'est que l'article, encore une fois, se base sur des idées reçues, des préjugés, des caricatures et non une analyse sérieuse, pointue et précise de la personnalité et de la vie de Marie-Antoinette. Je le trouve donc plutôt insultant pour la reine, qui continue d'être vue par la majorité comme une femme frivole, méprisante et indifférente aux problèmes de son pays... Si ces mêmes personnes lisaient de vrais ouvrages d'histoire sur la reine, ils en auraient une toute autre image.

Comparer Carla Bruni-Sarkozy à Marie-Antoinette, c'est mal connaître la reine de France, mal connaître l'histoire de l'Ancien Régime. C'est aussi mal connaître (ou caricaturer) l'épouse de Sarkozy, et c'est aimer les raisonnements simplistes... ou tout simplement jouer de la provoc' pour vendre des magazines.

Carla Bruni-Sarkozy n'est pas Marie-Antoinette. Elle a sa spécificité propre, son style à elle, ses qualités et ses défauts. Et c'est bien assez.

Images : copyright Point de Vue, Telegraph.