Back Vous êtes ici : Accueil Lieux de rêve

Lieux de rêve

Giverny, la perle des Impressionnistes

Claude Monet bassin aux nympheas 1905Pour célébrer notre anniversaire de mariage, nous avons l'habitude de partir en week-end chaque année pour marquer le coup (nous aimons bien créer nos propres traditions). Pour ces noces de laine, nous avons mis le cap sur le charmant village de Giverny, devenu mondialement connu grâce à Claude Monet et aux Impressionnistes. C'était la troisième fois que nous nous y rendions : eh oui, jamais deux sans trois.
Giverny est situé en Haute-Normandie, à 75 km de Paris et 60 km de Rouen, sur la rive droite de la Seine. Escapade bol d'air pour les Parisiens, laboratoire et source d'inspiration pour les peintres en raison de la lumière si particulière du Val de Seine, Giverny ne manque pas d'atouts qui justifie une fréquentation d'un demi-million de visiteurs par an.

Giverny et la maison de Claude Monet : les Nymphéas

C'est l'arrivée du chemin de fer, au XIXe siècle, qui fait entrer Giverny dans l'Histoire. En 1883, Claude Monet aperçoit le village à travers la fenêtre du train (cette voie ferrée est désormais désaffectée). Il tombe sous le charme du site et y loue une grande maison : "La maison du Pressoir". Il s'y installe à la fin du mois d'Avril avec sa compagne Alice Hoschedé, ses deux fils et les six enfants Hoschedé. C'est une ferme avec un potager et un verger s'étendant sur un hectare. Giverny n'est alors peuplée que de 300 habitants, pour la plupart des paysans, et quelques familles bourgeoises. Une seule ferme est encore en activité à l'heure actuelle.

Lire la suite...

J'ai testé : une cabane dans les arbres

cabane dans les arbresJe poursuis ma découverte des hébergements insolites. Après la maison de hobbit et la roulotte, j'ai profité de l'arrivée du printemps et de l'anniversaire de ma moitié pour tester une nuit dans une cabane dans les arbres.

Ce type d'hébergement existe dans plusieurs régions de France, et dans différentes versions, avec plus ou moins de confort : sans sanitaires, avec toilettes et salle d'eau privée, avec toilettes sèches privées mais salle d'eau commune, avec accès par escalier, avec accès par tyrolienne, etc.

Si j'aime l'insolite, je tiens quand même à un minimum de confort (j'ai malheureusement pris l'habitude des chambres de châteaux et autres belles demeures !). Il était donc impensable pour moi de prendre la version "camping", sans sanitaires privés. Je suis donc partie à la recherche de la perle rare, à savoir :
- une cabane pas trop chère : c'est là où le bât blesse, les cabanes dans les arbres sont généralement à un tarif élevé, quasiment le même prix qu'un hôtel 3 étoiles, 100€ au minimum, et jusqu'à 150€ et plus... (ce qui est très courant).
- une cabane pas trop éloignée : pas plus de 2 heures de route, car voyager avec des enfants en bas âge, c'est compliqué, ils ne sont pas fans des longs trajets en voiture... Et puis, comme il s'agissait d'un week-end, on ne pouvait pas aller bien loin, pour vraiment en profiter. J'ai jeté mon dévolu sur la Seine-et-Marne qui présente l'avantage d'être à 1 heure de route de Paris, tout en étant déjà - pour moi - la campagne.
- une cabane cosy, avec une déco sympa : ce n'est pas parce que c'est perché dans les arbres que ça ne peut pas être joli... :)

Lire la suite...

Jolie sortie : la Réserve zoologique de Sauvage, à Emancé

A environ douze kilomètres au sud-ouest de Rambouillet se trouve la Réserve zoologique de Sauvage, dans la commune d'Emancé, dans le parc du château de Sauvage. La Réserve zoologique de Sauvage est établie dans un parc à l'anglaise classé de 40 hectares, qui entoure le château du même nom, édifié par Louise de Maison-Blanche, fille naturelle de Louis XIV et de Claude de Vin des Œillets, dame de compagnie de Madame de Montespan. Cette réserve avant tout ornithologique, puisque plus des 3/4 de la faune est constituée d'oiseaux, permet de voir évoluer des animaux en liberté. On peut y croiser des flamants rouges des Caraïbes, des paons, des pélicans, des autruches, des wallabys de Tasmanie (marsupiaux ressemblant à des petits kangourous), des antilopes cervicapre d'Inde, des émeus, des cerfs… Il y a également des oiseaux exotiques retenus dans des volières (grues de Sibérie, ibis chauves et étourneaux blancs de Bali). C'est l'ornithologiste, René Jamous, qui a fondé cette réserve dans le but de protéger et de promouvoir la reproduction d'animaux en voie de disparition afin de les réintroduire dans leur milieu d'origine.

Lire la suite...

J'ai testé : une nuit en roulotte

roulotteAprès un séjour réussi dans une maison de Hobbit, j'ai décidé de poursuivre l'expérience des hébergements insolites. Je me suis tournée cette fois vers la roulotte. Originales et ludiques, les roulottes offrent tout le confort d'une chambre d'hôtel, dans un esprit bohème. Situées en pleine campagne, elles permettent de profiter de la nature et du calme. On en trouve un peu partout en France, mais, pour des raisons pratiques, j'ai choisi les "roulottes de Bois-le-Roi" en région parisienne.

Les roulottes de Bois-le-Roi sont situées dans la base de loisirs UCPA de Bois-le-Roi, en lisière de la Forêt de Fontainebleau. On a donc un accès direct à toutes les activités et équipements sportifs de l'UCPA (moyennant paiement) : poney club, golf, centre équestre, tennis, multi-sports, etc. Leur localisation au sein du domaine fait qu'on se trouve au calme. Le soir, on n'entend pas un bruit, sauf le chant des oiseaux (et éventuellement des voisins qui discuteraient dehors).

Lire la suite...

L'Afrique du Sud et la France : l'histoire des Huguenots

Saviez-vous que 2013 était l'année de l'Afrique du Sud en France ? La promotion des cultures étrangères s'inscrit dans une politique de soutien à la diversité culturelle. Depuis quelques années, la possibilité est donnée à un pays étranger, invité officiel, de présenter les différentes facettes de sa culture. Après la Russie en 2010, c'est le pays de Nelson Mandela qui était à l'honneur cette année. Une saison culturelle marquée par des échanges et manifestations destinés à promouvoir ce territoire qui gagne à être connu...

Cela n'était ni calculé ni prévu mais mon roman sur l'apartheid, L'enfant de Soweto, est sorti au mois de mars au bon moment pour cette mise en avant de l'Afrique du Sud. :) Et ce ne sera pas le seul clin d’œil que je ferai à ce pays dans ma production littéraire (attention spoiler !). En effet, le tome 3 de ma série Le Couvent de la Reine, qui sortira en 2014, évoquera brièvement l'Afrique du Sud à travers les huguenots du XVIIIe siècle. Mais qui étaient-ils ?

Lire la suite...

L'exposition "Madame Elisabeth, une princesse au destin tragique"

domaine-madame-ElisabethDepuis quelques jours, et jusqu'au mois de Juillet, se tient une exposition sur Madame Elisabeth au Domaine de Madame Elisabeth, dans le quartier de Montreuil, à Versailles. Si vous avez lu mon ouvrage "Le destin d'une couronne. La vie d'une famille. Marie-Antoinette, Louis XVI et leurs enfants", vous n'êtes pas sans ignorer qui est ce personnage. Élisabeth Philippine Marie Hélène de France, dite Madame Élisabeth, était la soeur cadette de Louis XVI, mais aussi des futurs Louis XVIII et Charles X. Ne trouvant pas de parti convenable, elle ne se maria jamais, préférant demeurer aux côtés de son frère et de la famille royale, dont elle choisit de partager le triste sort sous la Révolution. Elle mourut sous la guillotine à l'âge de 30 ans.
Elle était surtout connue pour sa piété et sa grande dévotion religieuse. Mais aussi pour ses bonnes oeuvres et sa charité envers les démunis. Le roi lui ayant offert le Domaine de Montreuil, une demeure de campagne située à un kilomètre du château de Versailles, on la surnommait "la Bonne Dame de Montreuil" car elle venait en aide aux pauvres du coin. Elle est considérée comme une martyre de la Révolution.

Lire la suite...

J'ai testé : une nuit dans une maison de Hobbit

maison hobbitJe cherchais un séjour original pour fêter un anniversaire. Habituée des hôtels de charme, châteaux et vieilles bâtisses, j'avais cette fois envie d'autre chose. J'ai donc fouillé le web à la recherche d'hébergements insolites : cabanes dans les arbres, yourtes, roulottes, tipis, bulles, igloos, vaisseaux spatiaux, safari lodge... j'en passe et des meilleures (il y a vraiment des choses originales si on cherche bien !). N'étant pas vraiment férue de camping, j'ai vite recalé les yourtes (même si je leur reconnais un certain charme exotique) et les tipis. Les roulottes ne m'attiraient pas non plus du fait de leur taille et parce qu'au final, ce sont des "caravanes" enjolivées. Pour le reste, c'était soit trop loin, soit trop cher. Restait les cabanes dans les arbres. Le concept me plaisait, sans doute parce qu'il éveillait la curiosité de la petite fille en moi (qui adorait les cabanes !). Mais il y avait plusieurs bémols : le prix (environ 150€ minimum la nuit pour 2 personnes, soit le prix de certains châteaux). Un peu trop élevé à mon goût eu égard aux prestations. Ensuite, le risque de froid (on était fin mars, avec un hiver qui s'éternisait) et frileuse que je suis, je n'étais pas rassurée. Je n'ai pas eu tort, car une gérante de cabanes m'a confirmé plus tard qu'il vaut mieux tenter ce genre d'expériences l'été.
Et puis, au gré de mes pérégrinations virtuelles, je suis tombée sur un concept unique en France et en Europe : les maisons de hobbits ! Ces personnages que l'on retrouve dans Le Seigneur des anneaux. Je ne suis pas spécialement fan de fantasy mais j'apprécie l'univers de J. R. R. Tolkien. Le principe ? Des passionnés ont construit, de leurs propres mains, des cabanes semblables à celles qu'habitent les hobbits dans l'oeuvre de Tolkien. Le concept m'a aussitôt séduite, étant sensible à l'univers des fées, lutins et autres créatures magiques. Verdict.

Lire la suite...

Le Musée de la Toile de Jouy

musée de la toile de jouyA l'occasion des Journées du Patrimoine, j'ai décidé de boycotter les monuments parisiens et leur inévitable foule pour essayer un joli petit musée dans les Yvelines : le Musée de la Toile de Jouy, à Jouy-en-Josas. Ce n'est pourtant pas le genre de musées que j'aurais visité habituellement, en raison de son thème. Certes, j'aime beaucoup les arts textiles, la dentelle, la broderie, le patchwork... ; et la toile de Jouy, pour son côté vintage, me plaît beaucoup (vive le XVIIIe siècle !). Mais mon temps et mon porte-feuille n'étant pas extensibles, en général, j'opte de préférence pour des musées d'art ou d'histoire. Ca tombe bien, les Journées du Patrimoine sont aussi faites pour ça : permettre au public de découvrir des lieux qu'il n'aurait peut-être pas visité en temps normal. (Le musée, d'ordinaire payant, était gratuit pour l'occasion). Et puis, en fouinant sur la toile, j'ai trouvé des photos du musée (voir plus ci-dessous) plus qu'alléchantes, et je me suis laissée tenter. Bien m'en a pris car je n'ai pas été déçue du voyage !

Lire la suite...

Un havre de paix dans les Yvelines : l'abbaye des Vaux de Cernay

abbaye des vaux de cernayN'en déplaise aux anti-parisiens, l'Île-de-France regorge de lieux magnifiques : châteaux, domaines, vieilles bâtisses... L'abbaye des Vaux de Cernay en est un parfait exemple.

L'abbaye des Vaux de Cernay, située entre Cernay-la-Ville et Auffargis, est une bâtisse du XIIIe siècle, nichée au coeur de la forêt de Rambouillet. On entre dans le domaine à pied en empruntant une petite route, et dès notre descente, on est saisi par la beauté des lieux. Des ruines du XIIe siècle. Un étang. Un moulin. Un jardin de simples. Une église. Le site est tout simplement magique. Le vrai plus ? Il y règne un calme cistercien, à l'image des moines qui l'occupaient jadis. L'abbaye est un havre de tranquillité où il fait bon faire une halte et se reposer. Pour une amoureuse comme moi des châteaux, des manoirs, des vieilles pierres, des lieux ayant du cachet, c'est l'endroit rêvé.

Lire la suite...