Back Vous êtes ici : Accueil Lieux de rêve

Lieux de rêve

J'ai testé : une nuit dans une maison de Hobbit

maison hobbitJe cherchais un séjour original pour fêter un anniversaire. Habituée des hôtels de charme, châteaux et vieilles bâtisses, j'avais cette fois envie d'autre chose. J'ai donc fouillé le web à la recherche d'hébergements insolites : cabanes dans les arbres, yourtes, roulottes, tipis, bulles, igloos, vaisseaux spatiaux, safari lodge... j'en passe et des meilleures (il y a vraiment des choses originales si on cherche bien !). N'étant pas vraiment férue de camping, j'ai vite recalé les yourtes (même si je leur reconnais un certain charme exotique) et les tipis. Les roulottes ne m'attiraient pas non plus du fait de leur taille et parce qu'au final, ce sont des "caravanes" enjolivées. Pour le reste, c'était soit trop loin, soit trop cher. Restait les cabanes dans les arbres. Le concept me plaisait, sans doute parce qu'il éveillait la curiosité de la petite fille en moi (qui adorait les cabanes !). Mais il y avait plusieurs bémols : le prix (environ 150€ minimum la nuit pour 2 personnes, soit le prix de certains châteaux). Un peu trop élevé à mon goût eu égard aux prestations. Ensuite, le risque de froid (on était fin mars, avec un hiver qui s'éternisait) et frileuse que je suis, je n'étais pas rassurée. Je n'ai pas eu tort, car une gérante de cabanes m'a confirmé plus tard qu'il vaut mieux tenter ce genre d'expériences l'été.
Et puis, au gré de mes pérégrinations virtuelles, je suis tombée sur un concept unique en France et en Europe : les maisons de hobbits ! Ces personnages que l'on retrouve dans Le Seigneur des anneaux. Je ne suis pas spécialement fan de fantasy mais j'apprécie l'univers de J. R. R. Tolkien. Le principe ? Des passionnés ont construit, de leurs propres mains, des cabanes semblables à celles qu'habitent les hobbits dans l'oeuvre de Tolkien. Le concept m'a aussitôt séduite, étant sensible à l'univers des fées, lutins et autres créatures magiques. Verdict.

Lire la suite...

Le Musée de la Toile de Jouy

musée de la toile de jouyA l'occasion des Journées du Patrimoine, j'ai décidé de boycotter les monuments parisiens et leur inévitable foule pour essayer un joli petit musée dans les Yvelines : le Musée de la Toile de Jouy, à Jouy-en-Josas. Ce n'est pourtant pas le genre de musées que j'aurais visité habituellement, en raison de son thème. Certes, j'aime beaucoup les arts textiles, la dentelle, la broderie, le patchwork... ; et la toile de Jouy, pour son côté vintage, me plaît beaucoup (vive le XVIIIe siècle !). Mais mon temps et mon porte-feuille n'étant pas extensibles, en général, j'opte de préférence pour des musées d'art ou d'histoire. Ca tombe bien, les Journées du Patrimoine sont aussi faites pour ça : permettre au public de découvrir des lieux qu'il n'aurait peut-être pas visité en temps normal. (Le musée, d'ordinaire payant, était gratuit pour l'occasion). Et puis, en fouinant sur la toile, j'ai trouvé des photos du musée (voir plus ci-dessous) plus qu'alléchantes, et je me suis laissée tenter. Bien m'en a pris car je n'ai pas été déçue du voyage !

Lire la suite...

Un havre de paix dans les Yvelines : l'abbaye des Vaux de Cernay

abbaye des vaux de cernayN'en déplaise aux anti-parisiens, l'Île-de-France regorge de lieux magnifiques : châteaux, domaines, vieilles bâtisses... L'abbaye des Vaux de Cernay en est un parfait exemple.

L'abbaye des Vaux de Cernay, située entre Cernay-la-Ville et Auffargis, est une bâtisse du XIIIe siècle, nichée au coeur de la forêt de Rambouillet. On entre dans le domaine à pied en empruntant une petite route, et dès notre descente, on est saisi par la beauté des lieux. Des ruines du XIIe siècle. Un étang. Un moulin. Un jardin de simples. Une église. Le site est tout simplement magique. Le vrai plus ? Il y règne un calme cistercien, à l'image des moines qui l'occupaient jadis. L'abbaye est un havre de tranquillité où il fait bon faire une halte et se reposer. Pour une amoureuse comme moi des châteaux, des manoirs, des vieilles pierres, des lieux ayant du cachet, c'est l'endroit rêvé.

Lire la suite...

Le Couvent de la Reine, à Versailles

couvent_de_la_reine_chapelleLe Couvent des Augustines de Versailles ou "Couvent de la Reine" était un couvent de chanoinesses augustines, consacré à l'éducation des jeunes filles nobles, et fondé par la reine Marie Leszczyńska, épouse de Louis XV. Je l'ai découvert lors d'une promenade à Versailles (une ville que j'aime beaucoup, au demeurant) et j'ai eu envie d'écrire un roman dessus, ou plutôt dedans. Ma série éponyme se déroule en effet dans les lieux de ce qui est devenu le lycée Hoche.

La reine Marie Leszczyńska, fille du roi détrôné de Pologne et duc de Lorraine Stanislas Leszczyński, très pieuse, souhaitait associer son nom à une fondation religieuse. Elle voulait faire du couvent une maison d'éducation, et appela pour cela les chanoinesses de Saint-Augustin de la congrégation de Notre-Dame à Compiègne. Depuis plus d'un siècle, les Augustines se chargeaient de cette mission éducative. Il faut dire qu'à l'époque, l'enseignement public n'existait pas. Les jeunes filles bien nées étaient envoyées dans des couvents pour faire leur éducation.
Le couvent de la reine pouvait également servir de lieu de retraite à la souveraine au cas où elle devenait veuve.

Lire la suite...

Le Cap, meilleure destination au monde selon le Travellers' Choice

800px-Blick_auf_KapstadtSelon le Travellers' Choice 2011, la meilleure destination au monde est Le Cap en Afrique du Sud. Ce classement est basé sur le choix des internautes du site Trip Advisor.

Dans le top 25 des voyageurs, on retrouve Sydney, Machu Picchu, Paris, Rio de Janeiro, New York, Rome, Londres, Barcelone, Hong Kong, Kyoto, Prague, Florence, Venise, j'en passe et des meilleures (la liste complète est disponible là : http://www.tripadvisor.fr/TravelersChoice-Destinations)

Lire la suite...

Un brunch au chalet de la Porte Jaune

P1270222Au coeur du bois de Vincennes, sur l’île du lac des Minimes, se trouve un charmant lieu : le Chalet de la Porte Jaune.
Dans cet ancien relais de chasse construit en 1860 pour la cour de Napoléon III, on déguste tous les dimanches de la mi-avril à la fin septembre l'un des meilleurs brunchs de Paris. Pour 36€ par personne, à vous le buffet généreux et bien garni du chalet.
Rappelons-pour ceux qui auraient hiberné ces cinq dernières années que le brunch, contraction de breakfast et de lunch, est un repas pris en fin de matinée, qui a le vent en poupe chez les Parisiens...

Lire la suite...

Miami, la Côte d'Azur des Etats-Unis

P1230279Miami vient de l'indien "mayami" qui signifie "grande eau" ou "lac intérieur". La tribu des Calusa y avait établi son campement bien avant la découverte de l'Amérique.
C'est dans les années 30 que Miami Beach s'impose comme lieu de villégiature pour les riches Américains, séduits par les palaces récemment construits, le soleil et la mer. Depuis, la réputation de Miami comme station balnéaire ne se dément pas. A l'instar de Saint Trop' ou Ibiza, la capitale économique du Sunshine State est un haut lieu mondial de la mode et de la fête, paradis du fric et de la frime, qui attire les stars. 

Lire la suite...

L'île des Impressionnistes à Chatou

P1210822"Je suis revenu à Chatou à cause de mon tableau. Vous serez bien gentil de venir déjeuner. Vous ne regretterez pas votre voyage, c'est l'endroit le plus joli des alentours de Paris." (Renoir, 1880)

C'est en ces termes que le jeune peintre s'adresse à un ami pour décrire Chatou et son île.
Pierre Auguste Renoir découvre Chatou et ses berges lors d’une promenade, en 1868. Avec Claude Monet, il plante son chevalet au café flottant de la Grenouillère à 2 km de là. Les deux artistes n'ont pas trente ans. Ils entreprennent une série de tableaux. Pendant près de 15 ans, Renoir résidera régulièrement à Chatou pour peindre.

Lire la suite...

Le musée des carrosses à Versailles

ecurieFace au château de Versailles, de part et d'autre de l'avenue de Paris, se trouvent deux édifices jumeaux, construits au XVIIe siècle par Mansart, pour abriter les Ecuries royales. Il s'agit de la Grande Ecurie et de la Petite Ecurie.

Elles hébergeaient plus de 800 chevaux, de main et d'attelage, mais aussi des remises, des manèges, forges, selleries, une chapelle, des logements ainsi qu'une école de pages.

Lire la suite...